Laurentia sera carboneutre?

Vous avez bien lu: Laurentia sera carboneutre. Du moins, c’est ce qu’affirmait hier l’administration portuaire de Québec (APQ) à la suite du dépôt de ses nouveaux documents à l’agence d’évaluation d’impact du Canada (AEIC).

Mais il semble assez improbable, voire ridicule, de penser qu’un port, composante industrielle vouée aux échanges mondialisés d’un flux de marchandises, puisse être carboneutre. Comment, alors, l’APQ arrive-t-elle à affirmer une telle chose?

C’est en consultant « l’analyse de carboneutralité » déposée hier par le Port de Québec à l’AEIC qu’on saisit tout le niveau d’abstraction derrière cette affirmation.

D’abord, comment l’APQ explique-t-elle la « neutralisation » des émissions de GES occasionnées par l’ensemble du cycle de vie matériel des marchandises qui seront acheminées annuellement dans 700 000 conteneurs vers le terminal Laurentia?

Simple: elle n’en tient pas compte.

En fait, dans son analyse, le Port de Québec se concentre sur « les limites de propriété du nouveau terminal » et évacue, par le fait même, tous les impacts occasionnés par la raison d’être de Laurentia: un équipement industrialo-portuaire inscrit dans un système d’échange mondialisé. Ainsi, en faisant abstraction d’une de ses principales réalités – celle du cycle de vie énergivore et polluant des marchandises –, l’APQ fait miroiter un projet d’agrandissement portuaire d’une portée écologique aux apparences limitées.

Évidemment, le transport maritime international est aussi effacé de la zone concernée par les visées de « carboneutralité ». En ce sens, l’APQ limite les émissions considérées dans son analyse à celles qui surviennent « à l’intérieur de l’arrondissement de La Cite-Limoilou », comme si les écosystèmes planétaires affectés par l’activité portuaire de Laurentia se limitaient, eux aussi, à cette zone administrative. Les impacts associés aux échanges transcontinentaux tombent donc dans les limbes juridiques de la mondialisation.

Ensuite, comment l’APQ arrive-t-elle à « neutraliser » les GES qui seront engendrés par les centaines de camions et de trains qui circuleront quotidiennement dans les quartiers centraux de Québec?

D’abord, elle prétend que 90% des transports s’effectueront par trains et 10% par camions, ce qui, en soit, est une distorsion totale de la réalité des transports au Québec qui se rapproche davantage du 40% par trains et 60% par camions. Espérer une part ferroviaire de 90% relève donc d’un changement de paradigme total, ou d’un miracle. Dans les deux cas, ça ne relève pas du Port de Québec.

De plus, l’APQ promet « d’identifier des opportunités pour électrifier les flottes de transports ». Ce sont beaucoup de mots pour dire que l’administration portuaire n’a aucune autorité sur les compagnies de transports qui convergeront vers le terminal Laurentia.

Enfin, il faut comprendre que malgré toute cette gymnastique intellectuelle, le projet Laurentia occasionnera l’émission de plus de 350 000 tonnes éq. de CO2 d’ici 2036. Ces quelques 350 000 tonnes se retrouveront donc dans l’air déjà vicié des quartiers centraux de Québec et réchaufferont, par la suite, l’atmosphère terrestre. Mais l’APQ nous rassure : elle plantera quelques arbres pour compenser 50 000 tonnes de CO2 !

Figure 1. Émissions de GES pour les 12 premières années d’exploitation de Laurentia. Source: Port de Québec

Ainsi, après avoir soustraites ses principales sources d’émission de GES de l’équation, falsifié la réalité des transports du Québec, omis ce qu’elle ne contrôle pas, émis une quantité importante de GES dans l’air et planté quelques arbres pour compenser une infime part de ses activités, Laurentia sera carboneutre.

Hier, suite au dépôt des nouveaux documents à l’AEIC, l’arrogance du Port de Québec a atteint de nouveaux sommets. Et la contorsion de ses discours rappelle de plus en plus l’ironie orwellienne.

Le transport maritime sera bon pour les écosystèmes marins. L’activité industrielle sera bénéfique pour la qualité de l’air. Laurentia sera carboneutre.

Comme l’écrivait Orwell, « [l]a guerre, c’est la paix. La liberté, c’est l’esclavage. L’ignorance, c’est la force. »

Publication(s):
MonLimoilou
Presse-toi à gauche !
Le Soleil

Réalisme, utopie et régénération

Ces dernières années, j’ai beaucoup entendu parler des notions «d’utopie» ou de «réalisme».

Selon plusieurs, les aménagements proposés par Québec, ville résiliente seraient une perspective «utopique» (alors que j’aurais tendance à croire, avec un peu de recul, qu’ils exacerbent certains problèmes civilisationnels, donc qu’ils se rapprocheraient plus de la dystopie). Pour d’autres, l’idée d’implanter un parc dédié à la régénération des écosystèmes à la place du Port de Québec serait «irréaliste».

Au niveau des dynamiques d’occupation territoriales, il semble alors essentiel d’interroger, collectivement, les cadres qui définissent nos réalités, et plus largement, ce que nous jugeons comme étant «raisonnable» ou «acceptable», en tenant compte, évidemment, de l’extermination du vivant et du ravage des écosystèmes occasionnés par l’activité humaine à l’échelle planétaire.

En ce sens, nous jugeons acceptables, collectivement, l’agrandissement des autoroutes, la domination de l’automobile (et du bitume qui lui permet de rouler), l’élévation perpétuelle des privilèges de la bourgeoisie et des classes «moyennes», l’accumulation infinie du capital au détriment de la vie, le développement du territoire par des promoteurs (et les laquais qui les servent docilement), l’ouverture de nouvelles usines, l’omniprésence de multinationales et de publicités, la consommation de masse, l’obsolescence des objets, la monoculture des sols, l’intoxication des aliments, l’appauvrissement des terres, le remblai des milieux humides, l’abattage des forêts et l’hécatombe des communautés du vivant.

Mais nous jugeons «irréaliste» de planifier des espaces de régénération pour la biodiversité. Cela en dit long sur l’ampleur de la maladie qui gangrène aujourd’hui le monde «civilisé».

Bref, à Québec, si l’on compare le projet portuaire Laurentia avec certaines propositions élaborées dans le cadre du concours universitaire organisé par la Table citoyenne Littoral Est, il ne semble pas plus «utopique» de remblayer une partie du fleuve Saint-Laurent pour y implanter une infrastructure dédiée au transport international des marchandises (et de renforcer l’ensemble des mécanismes d’exploitation et de destruction qu’un tel système mondialisé sous-tend) que d’ériger un parc dédié à la régénération des écosystèmes en bordure du littoral.

Au contraire, d’un point de vue strictement rationnel, si l’on donnait ce choix à n’importe qui de moindrement conscient, il apparaitrait comme complètement insensé d’opter pour l’infrastructure industrialo-portuaire. Pourtant, c’est le choix que nous jugeons «acceptable» à la Ville de Québec, alors qu’on tente de faire croire aux citoyen·nes que toute autre perspective n’est rien d’autre qu’une «utopie».

Mais rappelons simplement qu’il s’agit d’un choix. Un choix collectif qui reflète à la fois le caractère limité de nos esprits profondément colonisés par l’économie marchande, notre manque de créativité et notre dépendance à des modes d’existence consuméristes reposant sur la destruction du monde et l’exploitation des plus vulnérables.

Dans ce contexte, imaginons les alternatives possibles, sortons les éléments cancérigènes de nos milieux de vie, bloquons le Port de Québec, radicalisons nos pratiques culturelles, refusons toutes formes de domination par des entreprises privées et approprions-nous le territoire dans une perspective de régénération écosystémique et sociale.

État actuel des berges de Québec: infrastructures industrialo-portuaires, autoroute et industries.

La CAQ, le G15+ et l’Alliance Arianne, ou comment condamner le territoire à une mort certaine

Récemment, on apprenait l’intention de la CAQ d’ouvrir « un vaste chantier afin de dépoussiérer la Loi sur l’aménagement et l’urbanisme, qui n’a pas fait l’objet de refonte majeure depuis 1979. Les consultations menées au cours des prochains mois s’attarderont sur des sujets aussi divers que l’étalement urbain, la gestion des inondations, la protection du patrimoine, la préservation des terres agricoles et la fiscalité. L’exercice conduira à l’élaboration, dans un an, d’une Stratégie nationale d’urbanisme et d’aménagement des territoires.1 »

L’ouverture d’une réflexion territoriale est fondamentale et représente, en soi, une très bonne nouvelle. Il suffit de s’intéresser moindrement aux dynamiques territoriales historiques pour comprendre que l’expansion effrénée des établissements humains au courant des derniers siècles s’est produite au détriment des milieux forestiers et des terres agricoles qui assuraient respectivement un certain équilibre écosystémique et une souveraineté alimentaire aux populations locales.

Or, ce ravage perpétuel des milieux dits « naturels » et des terres fertiles au nom du développement immobilier et de la croissance nous lègue aujourd’hui une condition territoriale extrêmement fragilisée: les écosystèmes assurant le maintien de nos propres conditions d’existence se sont dangereusement dégradés et, d’un point de vue de l’approvisionnement alimentaire, nous produisons environ 30% des aliments que nous consommons, ce qui affaiblit grandement nos conditions de subsistance et nous rend vulnérables face à des bouleversements bio-climatiques et sociaux croissants (inondations, sécheresses, incendies, appauvrissement des sols, inégalités sociales, conflits géo-politiques, mutations des échanges, etc.).

Il est donc essentiel, en effet, d’interroger en profondeur nos rapports au territoire: comment établir une relation co-évolutive entre les milieux humanisés et les écosystèmes régionaux? Comment enraciner nos pratiques culturelles dans les réalités territoriales? Comment organiser la mobilité collective pour évacuer l’automobile de l’équation? Comment repenser notre alimentation afin qu’elle s’adapte aux réalités bio-régionales et qu’elle prenne en compte la régénération du vivant (dont l’enrichissement des sols)? Et comment interagir avec cette biodiversité afin d’en faire bénéficier les communautés biotiques?

Une première étape essentielle est d’abord de reconnaitre le caractère destructeur de nos activités quotidiennes, industrialisées et complètement déterritorialisées; en faire le deuil. À ce sujet, un rapport britannique récent rappelait que « si l’humanité a immensément prospéré ces dernières décennies, la manière dont nous avons atteint cette prospérité fait qu’elle a été acquise à un coût dévastateur pour la nature.2 » Et Philippe-Daniel Deshaies illustre assez bien, dans ses propos, le gouffre qui sépare nos activités quotidiennes, distraites et oisives, d’une relation de conscience territoriale, active et participante.3 Il est donc primordial d’accepter que notre confort matériel et nos existences consuméristes soient rendus possibles uniquement grâce à la destruction effrénée du monde.

Ensuite, si l’on veut réellement comprendre ce que signifie l’annonce de ce « vaste chantier » pour le territoire du Québec, il semble important de porter un regard attentif sur les organisations invitées par la CAQ, parmi lesquelles siègent le G15+ et l’Alliance Ariane; des groupes qui se présentent comme « leaders » et grands sauveurs.

En fait, la co-présence du Conseil du patronat du Québec, de la Fédération des chambres de commerce du Québec (FCCQ), de grands assureurs, de banquiers, de regroupements de promoteurs, de groupes soi-disant « environnementaux » comme Vivre en Ville ou le Conseil régional de l’environnement – région de la Capitale-Nationale, et d’une organisation syndicale comme L’Union des producteurs agricoles – UPA reflète parfaitement les dynamiques territoriales qu’on tente d’implanter ou, dans certains cas, de sauvegarder: la croissance continue des milieux urbanisés, la préservation des existences urbaines et consuméristes, la gentrification perpétuelle des centres urbains (basée sur la hausse du capital foncier), le renforcement des inégalités sociales (l’accessibilité toujours plus difficile pour les populations vulnérables au logement), le maintient de l’emprise des entreprises privées sur le développement territorial, l’affaiblissement des perspectives agricoles ou horticoles paysannes (sous l’emprise monopolistique de l’UPA) et la « relance » économique pour une exploitation continue du monde.

« Béatrice Alain, [directrice du Chantier de l’économie sociale], croit pour sa part que la participation d’organisations comme la Fédération des chambres de commerce et le Conseil du patronat aux côtés de groupes écologistes et sociaux démontre une volonté commune d’améliorer l’aménagement des territoires.4 »

Évidemment, lorsqu’on est en accord avec les prémisses d’une démarche, ou qu’on y trouve son compte en obtenant les grâces des dominants, on finit par se taire, accepter l’inacceptable et trouver des solutions « gagnant-gagnant »5 ; une posture médiocre qui oblige les compromis, et les sacrifices.

Et les plus grands absents, ou disons les « sacrifiés », dans ce type de démarche « top-down » de planification territoriale sont, comme toujours, les populations vulnérables et, plus largement, les communautés du vivant.

En ce sens, la seule chose de « verte » qui puisse aujourd’hui être planifiée de manière à réellement renforcer la biodiversité à l’échelle territoriale tout en adressant sérieusement les enjeux bio-climatiques du XXIe siècle est un retrait des milieux humanisés, une régénération massive des écosystèmes, une baisse drastique des niveaux de confort de la « classe moyenne » et des plus privilégié-es, un questionnement profond sur l’usage des énergies en général (une décroissance), une réflexion holistique cherchant à extraire les énergies fossiles de l’architecture et une reterritorialisation des pratiques culturelles.

Et pour ça, il faut avoir la force d’accepter, collectivement, que les promoteurs ne feront plus de profits sur les sols, que les banquiers ne dicteront plus nos échanges, que nos existences consuméristes rendues possibles grâce aux énergies fossiles ne pourront plus être maintenues, que la consommation d’externalités ne pourra plus être au centre des milieux humanisés, que les cultures locales devront s’adapter en fonction des réalités bio-physiques spécifiques au lieu, que les aliments proviennent des sols, que la Terre a des cycles, que les communautés du vivant doivent être respectées, que nous sommes tributaires de la santé des écosystèmes et que les sols n’appartiennent à personnes.

Des collaborations comme celle que nous annonce la CAQ sont tout simplement pathétiques; on nous annonce, en somme, le maintien des activités humaines qui perpétuent la destruction du monde et la croissance des inégalités sociales. Ce « growth coalition » exacerbe les problèmes civilisationnels et nous conduit tout droit vers la catastrophe.

Mais où sont les véritables écologistes !?

  1. Le Devoir, 08 février 2021. Québec veut faire le ménage dans les règles d’urbanisme. En ligne:
    https://www.ledevoir.com/societe/transports-urbanisme/594786/quebec-veut-faire-le-menage-dans-les-regles-d-urbanisme?utm_medium=Social&utm_campaign=Autopost&utm_source=Facebook&fbclid=IwAR0JKSC2dz_3svKdFirBtczgfWvGh2C__tD7LQhqg8b-6dBB6yn-MUTebE4#Echobox=1612761494
    1
  2. Le Monde, 02 février 2021. La croissance à un coût dévastateur pour la nature selon un rapport britannique. En ligne:
    https://www.lemonde.fr/planete/article/2021/02/02/la-croissance-a-un-cout-devastateur-pour-la-nature-selon-un-rapport-britannique_6068463_3244.html?fbclid=IwAR39JnPc8FFX8EmNBYSdbAcpTayxZcCq-R0BxUw1eItTPsYftx2waKGPVlU
    1
  3. Philippe-Daniel Deshaies. 02 février 2021. Civilisation, résilience et territorialité. En ligne:
    https://simonparent.com/2021/02/02/05-civilisation-resilience-et-territorialite/
    1
  4. Le Devoir, 08 février 2021. Québec veut faire le ménage dans les règles d’urbanisme.
    1
  5. Le 3 mars 2021, Vivre en Ville tiendra un événement intitulé « Densificiation Gagnant-gagnant. Comment faire? » Ou comment annoncer une posture médiocre caractérisée par le compromis? En ligne: https://www.facebook.com/events/703254083669846/

Le monde derrière les écrans

Alors que le confinement et les écrans deviennent, progressivement, une réalité immuable pour notre humanité hyperconnectée, il semble plus essentiel que jamais de fermer les écrans et porter un regard sur ce qui se produit au-delà des épaisses parois de nos vies encapsulées: le monde brûle et nous avons les yeux rivés sur une réalité virtuelle façonnée à notre image par des algorithmes; nous fixons un miroir.

Au-delà de cette perspective narcissique, sommes-nous capables de reconnaître que nos existences urbaines, oisives et aliénées, reposant uniquement sur la consommation d’externalités, entretiennent une relation parasitaire au monde? En ce sens, nous le vampirisons, sans jamais lui donner quoi que ce soit en retour. Les forêts et les sols sont anéantis pour satisfaire nos appétits consuméristes. Et nous arrivons à nous faire croire qu’en maintenant cette relation pour laquelle Gaïa perd en vitalité ce que nous gagnons en virtualité, des énergies « vertes », des voitures électriques, des villes « intelligentes » et des innovations technologiques agirons comme remède pour notre Terre mère? Est-ce là de l’aveuglement volontaire ou simplement de la naïveté? Toutes ces grandes idées techno-industrielles de notre époque impliquent nécessairement une destruction des sols, une extraction des matières, des procédés de fabrication énergivores, des durées de vie obsolètes et des modes de vie consuméristes. Cela doit être une évidence.

La Terre saigne et nous la violons à grands coups de clics de souris, de logiciels et d’applications numériques. Mais il est impératif de la soigner, l’aimer, la régénérer; ses sols, ses eaux, ses communautés biotiques. Et ce, tous les jours. Pas en étant collés quotidiennement à des écrans, mais bien en interagissant avec le sol, en étant conscients de la présence et l’existence de l’autre, humain et non-humain; en le respectant, le désirant et le laissant émerger spontanément.

Reterritorialisons-nous. Soyons à l’écoute du monde qui nous entoure, du climat, des saisons, de la matière, des aliments, de la flore, de la qualité des sols. Mettons nos corps à l’épreuve, salissons-nous les mains et participons à sa régénération. Et peut-être qu’à ce moment, enfin, il deviendra évident que l’asphalte étouffe la microbiologie des sols, le contenu de l’épicerie nous empoisonne, travailler dans un bureau limite les interactions aux communautés du vivant, fabriquer une voiture (électrique) est un acte de violence extrême envers Gaïa et reproduire cet acte quatre milliards de fois est un écocide.

Prenons racine dans le territoire et soignons quotidiennement ses sols. À moins, bien sûr, que nos objectifs avoués soient d’anéantir l’ensemble des communautés du vivant et, par le fait même, nos propres conditions d’existence. Dans ce cas, laissons les écrans nous montrer la voie et poursuivons, ça va bien aller.

Publication(s):
Presse-toi à gauche !

Le temps est écoulé, Laurentia doit couler

L’analyse du projet d’agrandissement portuaire de Québec par l’agence d’évaluation d’impact du Canada (AEIC) est en cours depuis 5 ans. Lors des consultations publiques, de novembre à décembre 2020, près de 700 commentaires ont été déposés à l’AEIC par des organismes et citoyen.ne.s. À la suite de cette étape cruciale, l’Administration portuaire de Québec (APQ), promoteur du projet faisant l’objet de l’évaluation, a demandé à l’agence fédérale de reporter le dépôt de son rapport final. Le 8 janvier 2021, cette demande d’extension était accordée par l’AEIC. Nous, membres de la table citoyenne Littoral Est, voyons dans cette décision une entorse importante au processus démocratique et croyons que le manque de temps exprimé par l’APQ n’est rien d’autre que le fruit de sa propre négligence.

Huit ans. C’est le nombre d’années qui séparent le premier recours collectif de l’initiative citoyenne de vigilance du Port de Québec de la production du rapport provisoire concernant le projet Laurentia par l’AEIC.

Huit ans. C’est le temps qu’a eu l’administration portuaire de Québec (APQ) pour améliorer ses
installations suite aux mobilisations citoyennes dans Limoilou, exaspérées par la poussière rouge polluant l’air des quartiers centraux.

Huit ans. C’est la période qu’avait l’APQ pour démontrer aux citoyen.ne.s qu’elle était sensible aux enjeux relatifs à la santé publique et à la qualité de l’environnement.

Huit ans. C’est presque une décennie consacré par l’APQ au mépris des citoyen.ne.s, à la pollution des quartiers densément peuplés et au financement d’une propagande dédiée à l’expansion des activités cancérigènes du Port de Québec : Beauport 2020 et aujourd’hui Laurentia.

Après huit ans d’insouciance, c’est le 23 décembre, l’avant-veille de Noël, à l’aube des élections fédérales et quelques semaines avant la publication du rapport final de l’AIEC que l’APQ demande à l’agence fédérale de reporter le dépôt de son évaluation d’impact sous prétexte que « l’échéancier actuel ne lui permettra pas d’inclure toutes les informations ». Autrement dit, l’APQ prétend avoir manqué de temps.

Mais où était l’APQ pendant toutes ces années? Elle savait que ses activités soulevaient la grogne populaire et qu’elles exerçaient une pression sur la santé publique et l’environnement. Elle avait tout le temps nécessaire pour produire des études environnementales, faire des démonstrations sérieuses et améliorer ses installations. Pourtant, elle a choisi de se mettre la tête dans le sable et d’enfoncer son agrandissement portuaire dans la gorge des citoyen.ne.s à grands coups de propagande mensongère, de partenariats douteux et de lobbyisme. Maintenant, à la dernière seconde, elle demande un délai supplémentaire parce qu’il lui manque du temps!?

Enfin, les huit années passées auront suffi pour comprendre que toute activité supplémentaire de l’APQ à Québec sera une nuisance pour les habitant.e.s et l’écologie. Et son projet, comme ses démarches, n’a rien d’acceptable. La demande de prolongement ne visent désormais qu’à faire de Laurentia un enjeu électoral qui divisera les conservateurs, le Bloc québécois, le NPD et les libéraux. Mais venons-en à l’évidence : Laurentia tombe à l’eau. Et, comble de l’ironie, ce ne sont pas les citoyen.ne.s qui en auront eu raison, mais bien le mépris pathologique de l’APQ pour les réalités du monde que sont les habitant.e.s du territoire, leur santé et celle des écosystèmes.

Huit ans. Le temps est maintenant écoulé. Laurentia doit couler.

– Table citoyenne Littoral Est

Publication(s):
MonQuartier
Presse-toi à gauche !

L’Université Laval, complice d’un écocide ?

Le 31 août dernier, un communiqué de la Ville de Québec présentait les détails du projet d’agrandissement de la zone portuaire Laurentia et du développement du secteur Littoral Est, situé entre Limoilou, Maizerets et Beauport. On y confirmait notamment un partenariat entre la Ville de Québec, l’Université Laval, la Chambre de commerce et d’industrie de Québec et le Port de Québec.

À bien des égards, nous croyons qu’une telle complicité entre une institution publique, comme l’Université Laval et certains promoteurs ou industries du secteur privé, est inacceptable.

À ce jour, les activités industrielles entourant le secteur portuaire occasionnent plus d’inquiétudes et de destructions écosystémiques qu’autre chose, et aucune recherche scientifique sérieuse ne tend à nous rassurer.

Dans le dernier Inventaire québécois des émissions de gaz à effet de serre, on constate que les transports constituent 43,3 % des émissions globales du Québec, la seconde place étant occupée par l’industrie à 30,5 %. Cela signifie que le transport des marchandises ainsi que l’ensemble des processus industriels liés à l’extraction, la manutention et la transformation des matières qui convergent au Port de Québec augmenteraient significativement les émissions dans des secteurs d’activités – déjà parmi les plus nocifs de la province – dont le bilan doit, au contraire, s’améliorer. En d’autres termes, ce point de convergence d’une industrie mondialisée contribue à l’intoxication de l’air ambiant et à l’exacerbation des déséquilibres climatiques. Le projet Laurentia, quant à lui, augmentera la capacité de transit vers le port, sans considération pour ces impacts écologiques.

De plus, l’activité portuaire détruit les écosystèmes marins du Saint-Laurent, notamment en menaçant l’habitat des bars rayés et des bélugas et, comme le souligne SOS Port de Québec, l’équivalent de «72 terrains de football en milieux naturels». C’est sans compter l’ensemble des externalités environnementales et sociales qui se perdent dans les limbes d’un système d’échange mondialisé. On peut donc en conclure que ces activités auxquelles participe l’Université Laval sont écocidaires.

Disons que de telles pratiques sont assez gênantes pour une université qui prétend vouloir «réduire l’empreinte carbone du portefeuille de titres de participation […] de 50 % d’ici 2030» et «poursuivre ses actions en vue de préserver et d’améliorer la qualité de vie des personnes sans compromettre celle d’autrui et celle des générations à venir.» Comment l’Université Laval peut-elle réconcilier ces objectifs en s’associant au projet Laurentia, dans le contexte d’un partenariat avec le Port de Québec?

Santé publique

En 2018, Slavko Sebez, ancien directeur de la Santé publique, soulignait, en pointant une étude, que «le taux de mortalité par cancer du poumon est deux fois plus élevé dans Limoilou-Vanier qu’à Sainte-Foy-Sillery […]». C’est face à ce genre de constats aberrants que se sont mobilisés des citoyen-nes dans Limoilou afin de dénoncer la nocivité des activités du Port de Québec; le documentaire «Bras de Fer» expose bien les injustices de cette lutte populaire qui oppose David à Goliath.

L’équation est assez simple : des milliers de véhicules (trains, voitures, camions, navires) convergent quotidiennement vers le secteur industriel en produisant des émissions toxiques tandis que les matières poussiéreuses du Port sont entreposées à ciel ouvert. Le tout, à quelques mètres des quartiers les plus densément peuplés de la capitale. Mais jusqu’à quel point peut-on dégrader la qualité des milieux de vie sans que les citoyen-nes ne se révoltent?

Participation citoyenne

Depuis deux ans, Québec, ville résiliente, une vision d’aménagement proposant de transformer les secteurs industriels du Littoral Est en milieux de vie basés sur l’écologie, les communs et les mobilités actives, chemine auprès des citoyen-nes. Le Conseil de quartier de Maizerets a même adopté officiellement la proposition et formé un comité de réflexion citoyen pour soutenir et renforcer les idées. En effet, le Plaidoyer pour un Littoral Est écologique, social et économique élaboré par les membres du conseil propose de nombreux critères, répartis selon cinq grands thèmes, conditionnels à la réalisation du projet. Parmi ceux-ci, on retrouve des exigences liées à la régénération des écosystèmes, la renaturalisation des berges, l’accès public au fleuve, l’implantation de corridors écologiques, des superficies dédiées à l’agriculture urbaine, l’intégration de plus de 50 % de logements sociaux et abordables, bref, des critères qui auraient de quoi inspirer les plus belles citations sur le site web de l’Université Laval.

Ironiquement, on retrouve déjà sur ce site web l’intention de «promouvoir la recherche-action sur la démocratie participative liée à l’environnement et la compréhension des processus de participation publique.» Alors pourquoi, dans un tel contexte, Sophie D’Amours, rectrice de l’Université Laval, préfère-t-elle le Port de Québec aux citoyen-nes qui défendent le bien commun sans être perverti-es par des intérêts financiers ou politiques?

D’un point de vue éthique, l’Université Laval sera en conflit d’intérêts lorsque viendra le financement des recherches sur le Port de Québec, et ce, sans compter l’autocensure à laquelle seront soumis les chercheur-es face à leurs bailleurs de fonds. Dans tous les cas, ces partenariats nocifs canalisant des fonds publics vers des intérêts privés, occasionnant une dégradation écosystémique, illustrent certains problèmes d’éthique dans nos institutions publiques.

Par respect envers les générations suivantes, nous exigeons (1) un désinvestissement total de toutes formes d’implications universitaires (recherches, partenariats, conférences, etc.) dans ce type de projets écocidaires, (2) la contribution de groupes étudiants au développement de la réflexion proposée par le Conseil de quartier de Maizerets, ainsi que (3) la formation d’un comité de vigilance étudiant et citoyen capable d’intervenir dans l’allocation des fonds universitaires.

Il y a tout de même des limites à vouloir sacrifier la vie au nom de l’économie.

Collectif d’auteurs

Publication(s):
Le Soleil

Un tramway nommé capitalisme

Le 2 août dernier, une lettre, intitulée « Tramway de Québec, un dernier effort collectif » et co-signée par Vivre en Ville, le Conseil régional de l’environnement – Capitale-Nationale, Accès transports viables, l’Université Laval, des banques, des promoteurs, des compagnies d’assurance et… Michel Dallaire (le même Michel Dallaire qui, dans un délire mégalomane, cherche à nous imposer le Phare de Québec, à ériger des condos sur les terres fertiles des Sœurs de la Charité et à détruire la forêt dans le secteur Chaudière), tentait d’interpeler François Legault pour stimuler l’implantation du Réseau structurant de transport en commun (RSTC). Dans un rare moment de translucidité, on devinait parfaitement les dynamiques mafieuses qui organisent le développement urbain à Québec.

Rappelons alors qu’au cœur de ce spectacle spéculatif d’une médiocrité sans précédent alliant OSBL, institutions publiques, banquiers et promoteurs privés, se trouve l’administration publique qui, par l’entremise de son projet de transport collectif, « structure » la hausse des revenus fonciers et achète, en s’affiliant à ses partenaires de diverses manières, leur docilité et surtout, leur silence. Comme une ventriloque expérimentée, la Ville de Québec fait parler ses marionnettes en faveur de ses projets, tolère quelques écarts idéologiques contrôlés et reste dans l’ombre des projecteurs.

Pour reprendre les termes d’une amie, ce « growth coalition » s’organise de manière à nous faire avaler un seul et même programme politique : celui de la croissance urbaine à tout prix. Dans sa forme actuelle, le tramway de Québec n’est rien d’autre qu’un outil de spéculation foncière voué à la destruction des milieux naturels, la gentrification des quartiers densément peuplés et l’urbanisation perpétuelle du territoire au profit du développement privé ; un outil, subventionné par des fonds publics, voué au capitalisme sauvage du XXIe siècle.

Jusqu’à présent, on préfère enfouir l’infrastructure publique pour ne pas nuire aux déplacements de la voiture, maîtresse indétrônable du territoire municipal ; on favorise la destruction des boisés et des milieux humides dans le secteur Chaudière au détriment de la consolidation des secteurs industriels préexistants comme Saint-Malo ou Littoral Est ; on limite le déploiement du réseau dans les quartiers de la basse-ville au profit de la haute-ville ; on prévoit raser 1701 arbres matures le long du tracé pour ne pas nuire à la circulation automobile ; on ne détaille aucune politique cohérente assurant l’intégration de logements abordables ou le renforcement des écosystèmes et on se contente d’offrir des autobus aux banlieusards constituant 80 % de la population de Québec, comme si cela allait avoir une incidence quelconque sur leurs habitudes quotidiennes.

En somme, cautionner un tel projet en acceptant ses paramètres et en cherchant à ce « qu’il se réalise sans tarder » revient à perpétuer les pratiques du capitalisme écocide avec lesquelles nous devons impérativement rompre en cette époque d’Anthropocène. Dans le contexte de la crise écologique actuelle, un réseau de transport collectif devrait avoir comme principaux objectifs de favoriser la régénération des écosystèmes en planifiant la décroissance, le retrait et la reterritorialisation des milieux humanisés. À cet effet, la croissance urbaine, comme toutes formes de croissances liées au Capital, est une idée révolue.

Vivemement la radicalisation de la pensée écologique à Québec.

Sauvons les terres fertiles !

À l’aube des grands bouleversements climatiques qui menacent, entre autres, la soutenabilité de nos systèmes alimentaires, la question concernant la provenance de nos aliments devient vitale.

Pourtant, à Québec, le Groupe Dallaire cherche à transformer les terres agricoles des Sœurs de la Charité en un simple marché lucratif de condos génériques. En d’autres termes, un promoteur privé menace des terres fertiles qui pourraient jouer un rôle crucial dans l’alimentation future des habitants de la grande région de Québec.

Comment pouvons-nous, collectivement, permettre une telle catastrophe?

En fait, si M. Dallaire était moindrement visionnaire, il se rangerait parmi les acteurs clés de la transition écologique. Conscient de l’importance du bien commun qu’il possède, il développerait une coopérative agricole pouvant servir de modèle international; une idée qui, nous le croyons, susciterait l’intérêt de nos gouvernements qui tentent, tant bien que mal, d’affronter la crise écologique.

Le développement, d’accord, mais comment?

À tous ceux qui diront : «Oui, mais il faut développer et puis, l’urbanisation des terres des Sœurs de la Charité limite l’étalement urbain», nous répondrons qu’il est essentiel de consolider les territoires déjà urbanisés afin de limiter notre emprise sur les milieux naturels et/ou fertiles.

En ce sens, nous savons que la Ville de Québec prévoit accueillir 28 200 nouveaux ménages d’ici 2036 (vision de l’habitation 2018) et qu’elle implantera, d’ici 2026, la colonne vertébrale d’une nouvelle mobilité métropolitaine : le réseau structurant.

Alors, pourquoi ne pas rentabiliser cette infrastructure collective en permettant au plus grand nombre de citoyens possibles d’y accéder?

Le changement de paradigme qui nous attend impérativement, de la mobilité individuelle aux transports collectifs, permet de repenser certains secteurs névralgiques de la ville. Par exemple, l’implantation d’un tramway remet en question la présence des autoroutes en milieu urbain; des superficies immenses entièrement gaspillées. Montréal a su récupérer de grands espaces en démantelant l’autoroute Bonaventure. Comme nous le démontrons également, transformer l’autoroute Laurentienne en boulevard urbain permettrait d’héberger au moins 7000 ménages tandis que la transformation de Dufferin-Montmorency accueillerait 12 000 nouveaux ménages en plein cœur du centre-ville.

À titre de référence, le Vieux-Limoilou regroupe près de 6200 ménages. Imaginons alors un instant les milieux de vie que nous pourrions déployer en transformant le parc industriel Saint-Malo, le campus de l’Université Laval ou l’autoroute Robert-Bourassa; des secteurs qui sont à quelques pas seulement du futur réseau structurant!

Bref, à Québec, les potentiels ne manquent pas pour densifier la ville et une chose est certaine, nous devons à tout prix préserver notre garde-manger. Sauvons les Terres des Sœurs de la Charité!

avec Florence Côté

Publication(s):
Le Devoir
Le Soleil