99 ballons rouges

RedBalloons_25

« Ceux qui se livrent à la dérive renoncent, pour une durée plus ou moins longue, aux raisons de se déplacer et d’agir, pour se laisser aller aux sollicitations du terrain et des rencontres qui y correspondent.

Les seules limites de la dérive sont celles de la liberté »

– Théorie de la dérive, Guy Debord, 1956

 

Vous descendez la côte Badelard et quelqu’un vient à votre rencontre. Cette personne vous offre un ballon rouge et vous demande de l’accrocher dans un endroit qui vous plaît, un lieu où vous vous sentez particulièrement bien. Il pourrait s’agir d’un endroit que vous connaissez ou d’un espace qui vous attirera sur votre chemin. N’ayez pas peur de l’inattendu, les ballons rouges vous invitent à la dérive dans Saint-Roch.

Jusqu’où vous laisserez-vous emporter ?

la vitesse de l’instantanné.

À l’ère des nouvelles technologies, le temps et l’espace disparaissent au profit de l’instantané. La notion de vitesse appartient au quotidien de l’homme contemporain pour qui la technologie devient une extension physique et psychique, lui offrant un ratio unique de perceptions sensorielles. L’immédiat brûle les étapes, l’influx nerveux se transpose à toutes les échelles, de l’humain à la ville. La vélocité des flux traverse l’espace urbain et érode progressivement la qualité du moment dédié à la transition. L’intermédiaire est un moment oublié qui s’inscrit dans une journée en accéléré. Qu’en est-il devenu, du chemin parcouru ?

l’acte de marcher.

La marche est un acte simple et instinctif à la cadence douce. Celui qui la pratique saisit-il toutefois la richesse des éléments qui ponctuent son parcours ? Si le rythme du piéton lui permet une grande interaction avec les opportunités qui l’entourent, le marcheur n’a pas forcément la même conduite que le flâneur. La rencontre de l’inconnu comporte certaines difficultés et s’oppose aux appréhensions de l’individu : « les seules limites de la dérive sont celles de la liberté ». Comment alors susciter l’envie d’une dérive engagée ?

saisir l’insaisissable.

Incitant à la dérive, le ballon rouge cherche dans le fragment à révéler le tout, à collecter les détails, les ambiances et par le fait même à saisir l’insaisissable. Le piéton devient l’acteur principal d’un laboratoire qui s’étend à l’échelle du quartier. L’espace d’une journée, plusieurs centaines de ballons rouges ont arpenté le bitume dans un état de rêverie éveillé pour laisser surgir la réalité de motifs sous-jacents. Confiés à l’espace urbain, ils ont gardé la marque de leurs propriétaires passagers sur une note laissée derrière eux, faisant lumière sur la raison de leurs présences.

Le ballon rouge est devenu un moyen de communication pour tous, permettant à chacun de prendre position sur les espaces publics. Plus encore qu’une réponse, ce petit objet suscite un grand questionnement, un moment de réflexion et d’incertitude important. Le marcheur au ballon rouge devient plus qu’un passant hâtif ; il porte un regard nouveau sur son environnement, il révèle la subjectivité de la ville.

Les renseignements cartographiés ont permis d’établir des articulations urbaines. « La part de l’aléatoire est [pourtant] moins déterminante qu’on ne croit: du point de vue de la dérive, il existe un relief psychogéographique des villes, avec des courants constants, des points fixes et des tourbillons qui rendent l’accès ou la sortie de certaines zones fort malaisées. »

appel aux sens.

Bien qu’il ne soit pas possible de saisir l’ampleur de la dérive dans toute sa globalité, la méthode expérimentale utilisée apporte un éclairage sensible et une dimension subjective à la connaissance du quartier. L’installation gagne en sensibilité ce qu’elle perd en exactitude. Une approche objective et scientifique offre un regard incomplet sur la ville, ne dévoile aucune information sur l’espace ressenti, consciemment ou non. « Pour comprendre ce qu’est la ville, une méthode empirique et vécue apporte un nouvel éclairage, plus sensible, qui en fait un territoire vivant, apte à une nouvelle appréhension.»

Les rencontres et les observations in situ ont permis de noter des indices de dérive laissant présumer la réussite de l’intervention. Les gens abordés ont été sensibilisés aux sens oubliés du quotidien. Le phénomène de masse suscité dans le quartier a remis en question les certitudes des trajectoires, plus ou moins définies, des acteurs et spectateurs de l’évènement. Pouvoir calculer les temps de parcours et tracer les cheminements aurait été particulièrement enrichissant pour entrevoir les détours et les hésitations occasionnées par l’invitation ludique.

se doter d’un outil.

Peu coûteuse, efficace et réjouissante, l’installation éphémère est facilement reproductible, même à plus grande échelle. Les échanges avec les participants heureux de se prêter au jeu ont également révélé un intérêt remarquable. Cette expérimentation pourrait entre autres servir d’outil de compréhension complémentaire aux méthodes objectives pour les travailleurs de l’espace urbain.

99 ballons rouges est une méthodologie empirique qui demande au marcheur de révéler l’insaisissable. Armé d’un simple objet ludique et inconscient des répercussions de son choix, le piéton arpente les rues en quête d’un lieu faisant appel à ses émotions. Par l’addition de ballons rouges, un nouveau type de cartographie se dessine tout en dévoilant des unités psychogéographiques imprégnées de mémoire. À l’ère actuelle de la réalité augmentée où le vrai monde est un terrain de jeu sans égal, les ballons rouges sont des marqueurs de sens révélant des lieux empreints de subjectivité. Une authenticité propre aux histoires cachées du quartier se superpose à la réalité.

avec
Delphie Laforest
Audrey Morency
Alexandre Morin

RedBalloons_14RedBalloons_16RedBalloons_08Capture d_écran 2016-09-23 à 09.33.10ambiancetag_02

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s