Place Maizerets

IMG_6080La Place Maizerets est le fruit d’une série de consultations citoyennes, orchestrées par La Pépinière et Co, dans l’objectif primaire de redonner une vocation communautaire au noyau paroissial de l’église Saint-Pascal-des-Maizerets, dans le quartier Maizerets à Québec.

Il était important de bien comprendre les conditions du site ainsi que le contexte socioculturel du quartier afin de façonner un espace public inclusif, en correspondance avec les besoins de la collectivité.

Identité

Maizerets possède une qualité exceptionnelle qui le distingue de bien des quartiers de Québec: son tissu social est extrêmement riche et diversifié. Teinté d’un magnifique métissage cultuel, on y retrouve des jeunes familles, des étudiants, des retraités, des personnes aisées et des gens moins nantis. Cette diversité était importante à saisir puisqu’elle obligeait une réponse à la fois flexible et adaptée au confort de tous.

Conditions

Malgré l’excellente position relative du noyau paroissial, inscrit dans un milieu relativement dense de Québec, la complexité de la voie publique, définie par la Canardière, rendait difficile l’accès au site et l’aménagement morcelé limitait grandement les potentiels d’occupation de l’espace. Les liaisons avec les activités du quartier étaient donc très limitées.

L’absence d’espaces appropriables rendait l’endroit peu accueillant pour les passants; le site servait majoritairement d’espace transitoire et profitait très peu de ses qualités urbaines. La maturité du couvert végétal laissait toutefois deviner un potentiel important; la présence d’arbres aux cimes épanouies conférait au site une lumière exceptionnelle en plus d’assurer une présence vivante au lieu.

Flexibilité

L’intervention visait à redonner aux citoyens un espace de rencontre, de jeux et de discussion afin d’établir de nouvelles liaisons et de renforcer l’esprit de communauté du quartier. Par l’intégration d’une structure tridimensionnelle au langage et à l’orientation distincts, il devenait possible de créer une multitude de scénarios qui correspondaient aux différents besoins humains et aux conditions variables du site.

Inscrit dans une trame orthogonale continue, le projet est divisé en trois moments: l’élément signalétique en relation avec la voie publique qui contient une bibliothèque libre-service, la scène sur laquelle repose un piano public qui profite du parvis et des escaliers de l’église pour accueillir ses spectateurs et le module de jeux qui embrasse le couvert végétal en plus d’offrir aux enfants un espace consacré à leur imaginaire.

La subdivision de l’espace permet également au site de vivre à différentes temporalités. Les sous-espaces créés répondent à plusieurs besoins, associés à des moments différents:

En matinée, il était possible d’observer une population plus âgée qui cherchait principalement à profiter des points d’arrêt définis par les bancs;

sur l’heure du diner, les tables de pique-nique se remplissaient immanquablement puisqu’elles profitaient parfaitement de l’ombre offerte par les végétaux;

vers 16h, les modules de jeux grouillaient d’enfants qui ne cherchaient qu’à s’inventer un univers tandis que les parents profitaient d’un moment de répit;

en tout temps, la bibliothèque générait un attrait important pour les passants qui ne manquait pas de vérifier les nouveaux arrivages offerts gracieusement pas la bouquinerie nouvelle chance;

enfin, lors des événements, tout le monde trouvait sa place puisque les familles gravitaient autour des modules de jeux tandis que les artistes diffusaient leurs créations vers le parvis de l’église, où les spectateurs se réunissaient pour apprécier l’oeuvre.

Quotidien

Pour plusieurs, la Place Maizerets est rapidement devenue une habitude, inscrite dans le scénario typique d’une journée. L’espace se voulait collectif et ouvert à tous. Ce nouveau lieu permet aujourd’hui à chacun de trouver son moment de confort et de rencontrer ses voisins. À une époque où les interactions tendent à se diluer, il est important de créer ces espaces de rencontre qui nous permettent de sourire, de partager, d’apprendre, de donner, de profiter et d’avancer.

L’espace public est un espace démocratique; il permet aux citoyens de se mobiliser et de s’exprimer dans l’objectif de progresser. Nous devons reprendre ces espaces qui nous appartiennent. La place que nous avons cédée à la voiture érode les scénarios d’occupation qui s’offrent à l’humain; nous avons tout le potentiel pour repenser nos villes et construire de nouveaux lieux collectifs qui contribuent à l’enrichissement du bien commun. En espérant que les intincelles crées par ces espaces temporaires enclenchent des processus qui nous mèneront vers une permance des espaces rassembleurs.

Avec
Marie-Jeanne Allaire-Côté
IMG_5924IMG_5976IMG_5899IMG_605717-07-13_08lectureIMG_585417-08-04_1117-08-07_0617-08-04_0417-08-04_0717-08-04_03

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s