Alsace

waterflow

Nous étions déjà dans l’autobus qui nous menait vers Strasbourg tandis que nous n’avions toujours pas trouvé de logement pour y séjourner. À peine quelques heures avant notre arrivée, je reçois un courriel de confirmation m’informant que nous pouvons résider chez une certaine Shani, à quinze minutes de bus du centre-ville. Dans les circonstances, c’est ce que nous avons trouvé de mieux. Ce fut une bien meilleure nouvelle que nous aurions pu le penser…

Il était assez tard lorsque nous avons mis les pieds dans l’appartement de Shani, mais l’accueil fut très chaleureux. Ce qui est vraiment bien avec les Airbnb, c’est que nous rencontrons généralement des gens assez ouverts et prêts à partager leur culture et leurs intérêts. Dans ce cas-ci, c’était plus que vrai. Shani, son copain Tanguy et leur fille de 6 mois, Tessa, nous ont reçus comme des rois. Notre arrivée fut soulignée par une bonne tasse de thé agrémentée de miel autour de laquelle nous avons échangés pendant quelques heures. Suite à de bonnes discussions, le jeune couple nous a invité à prendre part à leur tournée des marchés de Noël alsaciens. Comment refuser une telle offre? Nous avons donc accepté la proposition juste avant d’aller nous coucher dans notre belle chambre temporaire.

Le lendemain matin, nous partions en voiture pour visiter les villages de Guémar, Riquewihr et Kaysersberg. Ce fut de très belles découvertes. Tous aussi colorés les uns que les autres, ces villages de maisons typiques de la région nous ont permis de vivre pleinement les marchés de Noël traditionnels alsaciens. La petitesse de ces agglomérations en fait tout leur charme. Les maisons traditionnelles de la région sont magnifiques. La présence des colombages en façade permet une lecture claire des assemblages tout en enrichissant fortement l’expérience visuelle. On pourrait très bien les remplacer par du glaçage et les imaginer sur des maisons en pain d’épice. Bref, ces lieux sont assez pittoresques. Nous avons eu droit à de belles visites tout en profitant d’une présence très amicale. Les conseils culinaires de Shani nous ont permis de découvrir les meilleurs plats régionaux tandis que la passion de Tanguy pour ses origines nous a permis d’en apprendre beaucoup plus sur la région. Merci à ces deux (et demi) Strasbourgeois pour les moments partagés!

Enfin, Strasbourg s’est vécu autrement. Nous tentions de reproduire l’ambiance des fêtes entre Québécois malgré l’absence de neige. Disons que les marchés de Noël et la nourriture bien grasse de la région ont bien compensé pour l’absence de poudre blanche, mais la présence des bons amis ne comble pas l’absence de la famille. C’est bizarre d’être aussi loin de son chez-soi dans un moment qui se veut aussi rassembleur que Noël. Le séjour reste toutefois mémorable et cette région aux influences allemandes de la France nous a beaucoup charmé.

pain d'épicecolors2mini marketlove windowréconfortnightfallcathedralcolombagesliquid housesmelting symetrynight reflection

Montpellier

bellsUne petite visite chez les montpelliérains pour terminer novembre en beauté. On a eu droit à une superbe température. Rien de trop froid, généralement au dessus des 20 degrés. Il n’y avait pas de quoi se plaindre. Pour un Québécois, il est toujours intéressant de voir des gens prendre l’apéro sur les terrasses juste avant d’entamer la période des fêtes! On pourrait y prendre goût…

Nous avons profité de ce séjour de façon assez désinvolte. Rien de particulier à l’esprit; découvrir librement. Ça fait du bien. Les rues étroites et sinueuses de la vielle ville nous berçaient tandis que la pigmentation chaleureuse des pierres antiques qui habillent l’architecture nous réconfortait. Beaucoup de détails, beaucoup de vestiges, beaucoup de vécu; c’était plutôt agréable pour le regard.

Les restaurants que nous avons essayés au hasard furent de très belles découvertes! Le gratin dauphinois et les burgers étaient trop bons! Côté alcool, même si là n’était pas notre intention, nous y avons bien gouté. Ma plus belle découverte est la délirium: un petit délice belge fortement alcoolisé qui nous a bien charmés. Sinon, pour le vin, disons que nous sommes assez bien tombés puisque lors de notre bref séjour se déroulait la fêtes des vignes. Quel heureux hasard! En gros, ça ressemble à un marché de noël, mais avec seulement des kiosques de vin provenant de la région.

Le principe était assez simple: à l’entrée, on nous faisait payer 3 euros en échange desquels on nous remettait 3 coupons de dégustation et une coupe à vin en verre. Notre argent était déjà leur! Nous avons donc amorcé la découverte des petits kiosques sans trop savoir où nous lancer; deux amateurs en cavale dans une marée de simili-bourgeois aux fines bouches… Nous n’avions plus d’autre choix que de nous inventer une logique implacable: plus la file est longue, plus le vin est bon! Arrivés au bout de notre première file, le vigneron a sympathiquement refusé du revers de la main notre coupon après nous avoir remis à chacun une coupe de son vin. C’est à ce moment que nous avons compris qu’il était possible de faire le tour de tous les produits sans même devoir payer. Nous avons donc passé le reste de la soirée à jouer les fins connaisseurs en rôdant autour des kiosques et en acquiesçant silencieusement les commentaires des vignerons qui nous présentaient leurs produits. Que de plaisir, merci Montpellier!

Lightspray for parisrichesseverticalsfloating texturespique-niquebreathing

Paris

Paris - armee

Paris, la Ville Lumière. Un aller-retour vers cette beauté pour la modique somme de 3 €. Du coup, c’est environ le prix de trois croissants. Ça valait certainement le déplacement. La capitale française est digne de sa  réputation flamboyante. Abritant le plus grand bassin de population d’Europe, cette ville déborde de richesses au plan culturel, patrimonial et artistique.

Pas de place pour les centres d’achats et autres commerces déloyaux qui dévorent toute la concurrence. Ce sont les artisans, ceux qui appliquent un savoir-faire généralement familial, qui alimentent rigoureusement l’activité commerciale et qui animent les rues. Les cordonniers, boulangers, bouchers, fromagers, ébénistes, designers et autres occupent les rez-de-chaussée afin d’offrir aux passants des produits de qualités, faits avec amour. La concurrence se fait dans les règles de l’art. Les bistros sont nombreux et se déversent sur l’espace public collectif. Les tables et les assises bordent les façades et sont positionnées afin d’offrir aux clients un regard panoramique sur le spectacle du quotidien. Ces spectateurs soigneusement dressés constituent un espace humain et permettent aux marcheurs de deviner une part des menus offerts tout en donnant vie aux trottoirs. On mange d’ailleurs très bien dans cette ville.

L’art occupe une place de choix. Une multitude de créateurs génèrent une effervescence qui en permet la diffusion. Plusieurs de ces artistes possèdent de petits kiosques sur rue et vendent, à même le trottoir, leurs oeuvres. Les musées sont nombreux et, pour la plupart, gratuits pour les étudiants européens. On reconnait l’importance de l’art et de son histoire. Elle symbolise la culture et témoigne de l’évolution glorieuse des Européens. On pourrait passer des mois à faire le tour des musées. Le Louvre a su nous tenir occupés pour une journée entière tandis que nous avons gouté rapidement à ce que pouvait nous offrir le musée d’architecture et du patrimoine. Impressionnant. Je n’aurais jamais cru m’émerveiller autant devant le travail de certains des plus grands maitres peintres et sculpteurs que ce monde ait connu. C’est fascinant de voir les émotions qu’ils sont capables de véhiculer par le biais de leurs pinceaux ou la souplesse qu’ils arrivent à donner à des matériaux aussi durs que le marbre.

L’architecture, pour sa part, témoigne d’un passé glorieux tout en laissant place à l’actualité. Un dialogue harmonieux prend place entre le patrimoine bâti et l’architecture moderne et contemporaine. Les détails majestueux qui constituent les différentes couches du tissu bâti se marient très bien aux interventions plus récentes qui sont stratégiquement disposées dans la ville. Les monuments sont nombreux et sont tous aussi impressionnants les uns que les autres. Ils sont généralement mis en valeur par des espaces publics qui offrent la possibilité aux piétons de ralentir pour mieux les contempler. Ces espaces collectifs jouent un rôle primordial. Ils constituent un réseau, une liaison. Ils permettent aux citoyens de naviguer aisément à travers la ville tout en restant dans des zones confortables. La nature les façonne avec dextérité. Le type d’arbre est soigneusement sélectionné selon la hauteur de sa cime ou la coloration de ses feuilles. Ils sont taillés régulièrement afin de garder une orthogonalité rigoureuse. L’espacement entre chacun est généralement très régulier. Ce type d’intervention permet de créer un espace très bien défini, mais à la fois très vivant. La précision de tous ces petits détails offre de grandes qualités aux espaces urbains. L’atmosphère y est très différente, Il y fait plus frais, on s’y sent bien.

Paris ne serait pas ce qu’elle est si ce n’était pas de l’eau. Encore et toujours l’eau; berceau de la vie et de l’activité portuaire. Dans la Ville Lumière, c’est la Seine. Elle tranche la ville en deux afin de lui offrir une identité qui lui est propre. Évidemment, les Parisiens ont également compris l’importance d’en faire un espace ouvert à tous. En bordure, on y retrouve des promenades, des aires de jeux, des espaces d’expositions, des kiosques de tout genre, des lieux de contemplation, des parcs, des ponts sublimes, des spectacles navals, brefs, tout ce qu’il faut pour en faire un espace vital. À quand ces espaces qualitatifs pour le Québec?
Paris - EiffelParis - hotel de villeParis - tuileriesParis - dauphineParis - creatorParis - diamondParis - downtownParis - foliesParis - Alexandre IIIParis - creatingParis - PompidouParis - lostParis - mathildeParis - SeineParis - Vosges