Lausanne

stratificationLes Suisses ont certainement compris comment tirer profit de la présence du paysage. Les villes sont sculptées à même la pierre des montagnes et les épousent dans tout leur relief. Elles y sont greffées sur différents niveaux, dans une forme de stratification qui permet la hiérarchisation des espaces de vie. Plus l’altitude se fait sentir, plus les percées visuelles finement positionnées qui laissent percevoir les chaines de montagnes au loin se dévoilent. Ce jeu de niveaux permet un regard constant sur les environs tout en offrant un bon aperçu de ce qui se trouve au loin.

Les dénivelés rendent toutefois les déplacements doux plus difficiles. Le vélo est moins utilisé, on en a vu très peu. Seuls les plus téméraires s’aventurent dans cette pratique qu’on pourrait qualifier de sport extrême. À ma grande surprise, il y avait beaucoup de marcheurs. Ce ne sont pas des petites côtes qui semblent les décourager dans leur quotidien. Comme quoi une ville bien articulée et riche en qualités peut avoir un impact très positif sur le moral de ses citoyens. C’est vrai qu’on a envie d’y marcher. Et puis, y résider coûte tellement cher, aussi bien en profiter.

Les gens sont heureux. Leur qualité de vie est grandement supérieure. Ils en payent le prix, mais ça doit valoir la peine. Nous avons toujours droit à un sourire sincère, les commerçants nous offrent un cadeau pour faire suite à nos achats, les gens sont très polis, les voitures nous cèdent le passage aussitôt que nous déposons un pied sur le bitume… Il fait bon vivre. La nature y est très certainement pour quelque chose. Ils ont tellement une belle façon de se lier à l’eau. Ils peuvent la toucher, la sentir, l’apprivoiser. Le lac Léman qui se trouve au pied des montagnes est ceinturé d’une place publique continue. Un espace collectif, pour tous. Pas de propriétés privées qui limitent l’accès aux visiteurs. L’eau est publique. Les gens s’y retrouvent au quotidien. Des marchés locaux s’installent dans le but d’offrir à tous des aliments frais, des espaces de jeux aux formes variées sont à la disposition des plus jeunes, des expositions profitent du meilleur panorama pour se mettre en valeur, du mobilier urbain de qualité ponctue les lieux et une longue promenade continue, en symbiose avec la nature, se jette dans le lac aussi souvent qu’elle le peut. Il n’y a pas de barrières qui limitent les gens. On se sent libre, on se sent vivre.
bordureping pongtexturesmidpointsanaaromanceconnectionlayers

Tour d’Aï, Leysin

traces

Ce qui est magnifique de la Suisse c’est la coprésence des paysages construits et des paysages naturels. Ces derniers l’emportent largement sur la réalisation de l’homme. Tant mieux. Ça fait du bien de respirer de l’air pur, filtré par la nature. Les montagnes sont si immenses que leurs sommets se perdent dans les nuages tandis que des tapis de neige éternelle y reposent. Ces géants naturels structurent toute forme de développement qui cherche à s’installer dans les environs.

Les multiples villégiatures qui se sont formées au fil du temps ont toutefois réussi à appréhender les montagnes. Certaines sont plus farouches et offrent des conditions moins favorables à l’humain tandis que d’autres se sont laissées apprivoiser, probablement à leur insu. Il existe toutefois un respect. Les constructions sont très vernaculaires et sont réalisées à partir des ressources de proximité tandis que l’activité économique repose grandement sur des savoir-faire locaux comme la transformation de produits laitiers et l’art de travailler le cacao. Dame nature est omniprésente. Elle s’impose autant dans les paysages que dans la culture. Je ne l’avais jamais ressentie aussi fortement auparavant. Elle est puissante cette grande dame.
nature texturesfromages la tete dans les nuagesman vs wild2